Charte de Déontologie de l’Association Ikigai

Chaque praticien membre adhérent de l’association Ikigai:

  • Dispose des qualifications professionnelles nécessaires lui permettant d’exercer à titre professionnel son activité
  • A effectué les démarches administratives, juridiques et d’assurances nécessaires à l’exercice de son activité.

Chaque membre s’engage à :

  • Exercer son activité avec humanité, probité et loyauté sans aucune discrimination d’âge, de sexe, de race, de religion ou d’appartenance politique; il s’interdit toute pratique sectaire ou dogmatique
  • N’utiliser aucun produit, aucune technique, ni aucune méthode qui seraient dangereux ou illicites, contraires aux pratiques du bien-être et aux lois en vigueur en France
  • Ne pratiquer que les techniques pour lesquelles il est qualifié et agréé
  • Toujours observer le principe fondamental du respect de la personne humaine
  • Respecter les valeurs de responsabilité, tolérance, liberté individuelle et dignité humaine, tant envers les personnes qui le consultent qu’envers ses confrères
  • Ne nuire en aucune façon à l’association Ikigai ou à l’un de ses membres
  • Prévenir les membres du bureau d’un usage de la structure associative à des fins contraires à cette Charte de déontologie par l’un de ses membres
  • Avoir pour objectif de restaurer au maximum l’autonomie de la personne qui le consulte
  • Ne poser aucun diagnostic médical et n’intervenir dans aucune décision thérapeutique
  • N’émettre aucune réserve, ne revenir sur aucune décision, sur aucun diagnostic, sur aucune ordonnance, du médecin traitant de la personne
  • Orienter une personne vers un médecin en cas de doute sur son état de santé physique ou psychologique
  • Observer l’attitude absolue de réserve et de secret professionnel envers toutes les personnes qui le consultent
  • Respecter la totale liberté de choix thérapeutique des personnes qui le consultent.

Le créateur de produits cométiques doit répondre aux règles de commercialisation qui encadrent :

  • l’autorisation et le contrôle des ingrédients,
  • la sécurité du produit,
  • l’information aux consommateurs,
  • la publicité relative aux produits cosmétiques.

Attention : en cas de contrôle, de dénonciation ou si la vente a lieu sans que toutes les démarches nécessaires aient été accomplies, les fabricants risquent jusqu’à 2 ans de prison, assortis d’une amende de 30.000 €, de l’interdiction de vendre ses produits et de la confiscation de la marchandise.

  • Il doit désigner une personne responsable

Selon le règlement n°1223/2009, toute société doit obligatoirement désigner une personne responsable (PR), pour chaque produit cosmétique qu’elle souhaite mettre en vente sur le marché européen. Parmi les personnes pouvant être désignées en tant que PR :

  • le fabricant,
  • l’importateur,
  • le distributeur.

Cette personne responsable est le contact privilégié avec les autorités. C’est le garant de la conformité et de la sécurité du produit. Le PR est également en charge du respect des procédures de cosmétovigilance, de la vérification des allégations ainsi que de la conservation du DIP (Dossier d’information produit) pendant 10 ans, après la mise sur le marché du dernier lot.

  • Il doit procéder à la réalisation du DIP

Condition essentielle à la mise sur le marché et à la commercialisation de cosmétiques, le DIP est un dossier complémentaire compilant toutes les informations spécifiques à chaque produit cosmétique. Ce document contient un certain nombre d’informations clés, telles que la description produit, les preuves de l’effet revendiqué par le produit, ou l’ensemble des informations relatives aux expérimentations animales.

  • Il doit effectuer les tests obligatoires

Avant la mise en vente d’un produit, différents tests en laboratoire sont obligatoires pour valider la formulation cosmétique. Ils varient selon la nature du produit ainsi que son utilisation. Il peut s’agit de tests sur :

  • la stabilité,
  • la tolérance cutanée ou oculaire,
  • le contrôle du PH ou de la viscosité,
  • l’innocuité,
  • l’efficacité,
  • la revendication.

 

Emballage et étiquetage

En matière de conditionnement cosmétique, l’étiquetage permet de vérifier que les produits sont conformes à la réglementation européenne, notamment au point de vue des allégations et du respect des règles de sécurité pour la santé humaine.

Parmi les mentions obligatoires sur l’étiquette :

  • Le nom et l’adresse de la personne responsable,
  • le pays d’origine,
  • le contenu nominal,
  • le pays d’origine,
  • le contenu nominal,
  • la date de durabilité du produit,
  • les précautions d’utilisation,
  • le numéro de lot,
  • la fonction du produit,
  • la liste des ingrédients.

À noter : Emballage et étiquetage doivent impérativement comporter les coordonnées du fabricant ou du responsable de la mise sur le marché établi au sein de la Communauté Européenne, en vertu de l’article L.5131-6 et R.5131-4 du Code de la Santé Publique.